Environnement, économie, effondrement : la quadrature du cercle ? – Pierre-Yves Longaretti

A l’heure où le modèle de développement économique occidental se généralise à toute la planète, il est de plus en plus évident que celui-ci est le principal facteur contribuant à la destruction de notre environnement. De fait, le paradigme néoclassique dominant, sous sa forme néo- ou ultra-libérale, est très critiqué tant sur le plan social qu’environnemental. Toutefois, s’il est clair que le maintien du statu quo est très favorable à la sphère économique et financière internationale, le paradigme néoclassique a fait l’objet d’un consensus relativement large dans les pays occidentaux durant une partie importante du XXème siècle.
Pour quelles raisons la recherche de la croissance est-elle devenue l’alpha et l’omega des politiques publiques ? Pourquoi le paradigme dominant est-il devenu un moteur d’effondrement environnemental et sociétal ? Comment se maintient-il dans un contexte de dégradation accélérée ? Des alternatives sont-elles possibles ?

Par Pierre-Yves Longaretti, chercheur au CNRS (IPAG et équipe INRIA STEEP (Soutenabilité, Territoires, Environnement, Economie et Politique).

Pour en savoir plus sur cette conférence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.