Faux espoirs

Sur cette page une synthèse des données sur les efforts improductifs ou contre-productifs, étant acquis que toute activité humaine qui consomme de l’énergie fossile, même très peu, participe à la destruction de l’équilibre écologique vital et que le principe de non réversibilité rend les dégâts strictement cumulatifs (il n’est pas possible de “revenir en arrière”).

561812_317359081704945_863327582_n

Trop de confiance en soi nuit à notre jugement

Article du 4 août 2015, Le Monde Sciences

Ce codage commun expliquerait le caractère parfois irrationnel de nos comportements. « De même que nous sommes soumis à des illusions perceptives, nous pourrions être victimes d’illusions de jugement, indique Raphaël Gaillard, professeur de psychiatrie à l’université Paris-Descartes et à Sainte-Anne. La confiance pourrait “contaminer” la détermination des valeurs, ou inversement. Par exemple, quelqu’un qui serait artificiellement en grande confiance pourrait surestimer la valeur de ce qui lui est présenté. »

Les enjeux climatiques – Tables rondes citoyennes “Inventons le monde de demain” – 29 septembre 2016

Arthur Keller expose quelques-unes des plus saillantes limites aux « solutions » envisagées le plus souvent face au changement climatique.

Planter des arbres n’est pas une solution viable pour compenser nos émissions de CO2

Article du 19 mai 2017, Notre-planète.info

Utiliser la permaculture ou les forêts comme puits de carbone ? Bonne idée, mais très insuffisante. Le processus est beaucoup trop lent.

Article du 22 septembre 2016, The Guardian

«Scientists from the University of California, Irvine (UCI) found that models used by the UN’s Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC) assume a much faster cycling of carbon through soils than is actually the case. Data taken from 157 soil samples taken from around the world show the average age of soil carbon is more than six times older than previously thought.
This means it will take hundreds or even thousands of years for soils to soak up large amounts of the extra CO2 pumped into the atmosphere by human activity – far too long to be relied upon as a way to help the world avoid dangerous global warming this century.»

L’énergie solaire plombée par les terres rares

Article du 1er août 2016, par Philippe Gauthier

Les biocarburants émettent plus de CO2 que l’essence et le diesel

Article du 28 avril 2016, Le Monde

Leçons de la transition énergétique en Allemagne

Article du 26 avril 2016, Philippe Gauthier

Route solaire Wattway : une innovation peut à la fois être française et inefficiente

Article du 1er février 2016, Techniques de l’ingénieur

Le réchauffement climatique va réduire la production d’électricité

Article du 7 janvier 2016, Futura Environnement

Capturer du CO2 : un outil inefficace contre l’acidification des océans

Article du 3 août 2015, La Presse.ca

L’énergie photovoltaïque est-elle vraiment durable ?

Article du 1er juillet 2015, par Philippe Gauthier pour le magazine VOIR (Montréal)

La “croissance verte” est une mystification absolue.

Juin 2015 – Reporterre : Entretien avec Philippe Bihouix

“Le groupe de scientifiques soutient que tous les types de biomasse n’ont pas le même impact sur les émissions de carbone, et que l’utilisation de plus de biomasse tirée des arbres augmenterait, en fait, les émissions globales.”

Scientists: No, We Can’t Fight Climate Change by Burning TreesMother Jones – 14 février 2015

Reforester pour capter le CO2 anthropique ? Une Afrique et un tiers !

Article du 12 février 2015, par Paul Racicot

La transition énergétique est-elle fermée de l’intérieur ?

Article du 9 février 2015, par Matthieu Auzanneau

Alors même que nous envisageons très tardivement ce type d’initiative, la séquestration du CO2 semble difficile à réaliser :

Séquestration du CO2 : les doutes du MIT – Futura Environnement – 2 février 2015

Les chances pour que l’humanité continue son développement dans l’espace sont infinitésimales :

Le paradoxe de Fermi et les extraterrestres invisibles – Le journal du CNRS – 2 février 2015

Le déclin lui-même, la fin du développement humain pourra avoir des effets négatifs sur l’environnement :

La fin de l’URSS a impacté la faune sauvage – Sciences et Avenir – 22 janvier 2015

L’amélioration des techniques agricoles ne suffit plus à compenser les effets négatifs du réchauffement climatique :

Rendements agricoles, la grande panne – Science et Vie – Janvier 2015

Les énergies renouvelables, un bilan pour le moins mitigé :

L’intégration des énergies renouvelables, casse-tête économique et environnemental21stcenturyenergies – Novembre 2014

“Le pilier des énergies renouvelables souffre d’une surestimation excessive des mérites de ces énergies, en termes tant d’innocuité pour l’environnement que d’efficacité économique. La réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) dans l’Union européenne est davantage le résultat de la crise, du progrès technique, de la fermeture des industries lourdes des pays ex-soviétiques et de la déconfiture de la sidérurgie, que de la croissance des énergies renouvelables.”

Des limites systémiques et temporelles complètement sous-estiméesFuturibles – Septembre 2014

L’amélioration thermique des logements, qui coûte très cher, n’aura qu’un effet extrêmement marginal sur les économies d’énergie :

L’activité d’amélioration énergétique en baisse de 2010 à 2013 – Sortir du pétrole.com – 2014

Le bilan carbone et de pollution global des véhicules électriques pourrait être plus mauvais que celui des véhicules thermiques :

Le véhicule électrique est-il vraiment écologique ? – L’Usine Nouvelle – Décembre 2013

Très intéressant site en anglais qui fait le point sur les “solutions” technologiques :

2 comments on “Faux espoirs”

  1. frachon dit :

    Il faut cesser de tourner autour du pot et planifier sérieusement, et très très vite, la décroissance.

  2. Philippe dit :

    La décroissance n’est déjà plus qu’une chimère. Il aurait fallut la démarrer il y a 40 ans. Vous vous trompez, maintenant il va falloir gérer un effondrement, sans aucun espoir de stabilisation, si non très lointain, et avec 8 milliards de gens affamés et assoiffés sans infrastructures ou presque puisque 70% de nos constructions sont proches de l’eau et non déplaçables et surtout tout recommencer pour ceux qui survivront avec leurs seuls bras et jambes en ne mangeant aucune viande (effet concurrence pour les cultures sur une surface donnée). S’il survie quelque chose de notre civilisation, je dis bien si (avec le nucléaire ce n’est pas du tout gagné) comment allez vous faire votre décroissance : sans énergie, sans foret, sans sol pour cultiver, sans animaux, sans eau, sans minerais… etc… Il faut prendre les choses globalement. et Globalement, ce lundi à 2h10 je ne dors toujours pas, parce que j’ai des enfants…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*