Déontologie

Le Comité Adrastia, acceptant l’irrémédiabilité du déclin humain à moyen ou court terme, n’envisage pas pour autant la démobilisation pusillanime ni l’abandon de tout schéma institutionnel d’organisation des sociétés, encore moins de toute éthique. S’il se garde de proposer des « solutions » au déclin, considérées comme illusoires, il propose de comprendre comment nous pourrons, forts de nos capacités et de notre histoire, anticiper au mieux un effondrement global et envisager, si elle est possible, une adaptation à long terme au cœur d’un environnement profondément transformé et instable.

Afin de respecter la contradiction des points de vue et les croyances de chacun, Adrastia se tient à l’écart des débats sur la question du déclin humain. Sur un sujet aussi sensible, il n’est pas envisagé faire changer d’opinion ceux qui ne le souhaiteraient pas.

De même, Adrastia ne fait pas de préconisation supposée salvatrice, telle que la mise en œuvre d’une décroissance par anticipation, admettant d’une part qu’il n’a jamais été constaté que cela soit efficace pour modifier le cours général de l’évolution, et d’autre part que cela constitue un risque immédiat dans la compétition existentielle. La réduction volontaire du salaire ou de l’accès aux services de santé, par exemple, sont des propositions pertinentes mais constituent des risques professionnels ou vitaux. Toute autre forme de décroissance qui n’impacterait pas le niveau de vie est par ailleurs considérée comme inefficace voire contre-productive (greenwashing).

Estimant aussi que la question du déclin n’appartient à aucun parti, Adrastia se revendique apolitique, mais peut s’intéresser à l’étymologie du terme « politique » pour questionner les modes de gouvernance en période de crise et d’effondrement.

Adrastia n’est pas un regroupement d’experts: toutes les professions et tous les statuts peuvent être représentés (selon le cadre défini par une association loi 1901), parmi les membres comme au Conseil d’administration ou au bureau.

Le comité rassemble des citoyens qui exercent un regard critique sur les données et les modèles disponibles, critique issue notamment de leur expérience de terrain. Tous les aspects de la vie courante, de la vie professionnelle, de la culture, des arts, des sciences, de la philosophie en lien avec la question du déclin humain sont considérés.

Adrastia veille à n’user d’aucun prosélytisme. Elle peut communiquer sur son activité et ses partenariats, rend disponible ses contenus mais ne fait pas appel à la publicité pour se faire connaître.

Par souci d’intégrité, Adrastia se tient informée de la recherche, des études faites sur le réel et acceptera de remettre en cause ses postulats ou de les abandonner, voire de procéder à sa dissolution, dès lors qu’il sera montré rigoureusement que la protection de l’environnement est possible ou que le déclin de l’humanité peut être évité.

En rejoignant Adrastia, les membres acceptent la considération de l’inévitabilité du déclin ainsi que la déontologie précisée ici et dans le règlement intérieur.