Compte-rendu séminaire et conférence avec P. Servigne et R. Stevens, Université de Lausanne, EPFL

unil bourg adrastia universite lausanne

 

À l’invitation de Dominique Bourg (parrain de l’association Adrastia, revoir notamment son intervention pour France4), de Pablo Servigne et Raphaël Stevens, Adrastia était conviée ce jeudi 17 décembre à participer à un séminaire de travail autour de la question de l’effondrement et de la collapsologie, organisé par et pour les élèves et professeurs de l’Université de Lausanne (Faculté des géosciences et de l’environnement, Institut de géographie et durabilité). Je représentais Adrastia avec Laurent Aillet, vice-président. Après ce séminaire une conférence a été donnée devant les élèves ingénieurs de l’EPFL (École Polytechnique Fédérale de Lausanne) par Pablo et Raphaël.

Une trentaine de personnes a participé au séminaire. Après une présentation du cheminement intellectuel et émotionnel des auteurs de « Comment tout peut s’effondrer », Laurent et moi avons présenté Adrastia et sa démarche. Nous avons insisté sur le projet et l’éthique de l’association : accueil, écoute, médiation, constitution d’un réseau d’acteurs de la transition, recherche des meilleurs aménagements possibles pour amoindrir les difficultés.

Les échanges ont continué avec le public autour des vécus de chacun, autour de l’angoisse, du deuil et de la question de la réconciliation : comment retrouver en chacun de nous, et au-delà de la seule communauté des plus privilégiés, ce qui nous relie tous et nous relie à la nature ? J’ai évoqué cette problématique qui me tient à cœur : comment faire, face à une situation inédite et angoissante, pour que nos émotions ne se transforment pas en pulsions ? La réémergence contemporaine des obscurantismes et de la haine est un sujet prioritaire.

Pablo Servigne a présenté les TQR : « Travaux Qui Relient », les discussions ont ensuite continué autour de la spiritualité et du sacré, interrogés également en-dehors du religieux.

Le public était pour l’essentiel déjà informé et conscient, la fin de la séance était plutôt légère et souriante !

La conférence donnée après le séminaire devant les ingénieurs de l’EPFL témoigne de cette même capacité des conférenciers collapsologues, Pablo et Raphaël, à accueillir les émotions et alléger les cœurs.

Ce séminaire et cette conférence ont été l’occasion de rencontrer les élèves de Dominique Bourg. Leurs travaux de recherche sur l’écologie et l’effondrement sont passionnants et nous avons convenu lors de discussions informelles dans la soirée que nous pourrons rapprocher officiellement nos intentions. L’un des plus grands intérêts des travaux dirigés par Dominique Bourg est qu’ils sont le plus souvent menés sur le terrain, en contact avec la réalité. Les étudiants travaillent sur la permaculture, les parcs naturels ou la psychologie de l’effondrement, en immersion et enquêtes à l’appui.

Dominique Bourg et ses élèves sont d’accord pour que nous rendions plus accessibles les projets de l’Université de Lausanne en lien avec l’écologie, les crises et la collapsologie. Nous allons travailler à la mise en forme d’une page sur le site adrastia.org.

Des collaborations ont été envisagées, nous considérons par exemple que le sujet – sensible mais à ne pas éviter – du survivalisme doit être traité, également la question, trop souvent oubliée, de la nature humaine et de sa capacité à protéger l’environnement, qui est prioritaire (est-il seulement possible pour l’humain de protéger l’environnement ?).

Je tiens à remercier particulièrement Dominique Bourg et Gabriel Salerno pour l’organisation de ces rencontres et pour leur accueil très chaleureux, ainsi que Pablo Servigne et Raphaël Stevens pour leur soutien à Adrastia. Je reviens de ces deux jours à Lausanne avec des perspectives de travail et de collaboration qui participeront à répondre à cette question qui nous contrarie tous :

Et maintenant, on fait quoi ?

N’hésitez pas à nous contacter et à nous rejoindre, la transition a besoin d’acteurs éclairés, connectés et bienveillants.

À bientôt !

Vincent Mignerot

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*