Présentation

English

 
 

– Actualités octobre 2016 : fini les chateaux de sable ?

 

44afb67c-4ba8-45db-bd2f-03f7d5e46b33

 
 

Conférence Adrastia : Construire un déclin – visible en ligne :

adrastia conférence construire un déclin mignerot

 
 

N’hésitez pas à nous faire parvenir vos projets de groupe local pour l’association Adrastia via le formulaire de contact. Le bulletin d’adhésion est en ligne.


 

– L’association Adrastia –

 

Adrastia vient du grec ancien Adrasteia : « auquel on ne peut échapper »

Adrastée est la nymphe protectrice de Zeus enfant contre le malfaisant Cronos.

 

L’Egypte des pharaons, l’Empire romain, les Khmers de la cité d’Angkor… alors qu’elles se pensaient éternelles, certaines des plus grandes civilisations ont disparu, non pas parce qu’elles avaient perdu leur dernière guerre, mais simplement parce que leur économie avait dépassé les capacités de leur environnement à en supporter les exigences, ou que cet environnement avait trop soudainement changé (climat, déforestation… lire cet article).

Si les périodes de déclin humain ne se sont produites autrefois que localement, ponctuellement, toutes les populations sont aujourd’hui confrontées aux limites de leur adaptabilité. Dans une économie mondialisée et sur une planète isolée elles participent toutes à la surexploitation des ressources et aucune n’est épargnée par les effets du réchauffement climatique.

Selon les modèles et les données auxquels le Comité Adrastia se réfère1, au cours des décennies 2020-2030 même les humains les plus riches ou puissants verront leur niveau de confort et de sécurité baisser. Le déclin qui semble déjà engagé aujourd’hui pour certains pourra alors devenir global.

 

Le Comité Adrastia a pour objectif d’anticiper et préparer ce déclin de façon honnête, responsable et digne.

 

Le manifeste

La déontologie

Rejoindre Adrastia

 

Les principales missions d’Adrastia :

 

Relayer l’information2 sur le déclin de nos sociétés afin d’éviter autant que possible la surprise, la stupeur et l’angoisse, qui pourraient avoir pour conséquences des prises de décisions contre-productives, le repli individualiste et un immaîtrisable chaos.

Solliciter les organes de décision et de pouvoir : il ne semble pas exister de solution pour contourner une rupture structurelle et systémique de nos sociétés. L’évitement des modes d’adaptation contre-productifs et la mise en place progressive et pérenne d’un processus de gestion de crise doivent être envisagés par les instituts de recherche, les industriels, l’Education Nationale, les collectifs d’experts, l’armée, l’Ordre des médecins, les élus locaux, les ministères… en collaboration avec les populations.

 

Les moyens d’Adrastia :

 

Observatoire : recueil des données, suivi des évènements.

Groupes de travail : détection et dénonciation des obscurantismes, penser et dire la négativité (la déplétion des ressources, la réduction du confort, la compression du marché du travail, la déréliction).

 

1 – Modèles et données confrontés aux mesures sur le réel, qui décrivent le monde tel qu’il est, non tel qu’il serait espéré qu’il soit.

 

2 – Lire la déontologie du comité.

 

Lire la suite

Puissance, queues et cloches nous gouvernent – Loïc Steffan

 

 

Article du 25 novembre 2016 par Loïc Steffan

 

Tous les décideurs essaient de prévoir. Mais ils sont souvent pris en défaut.  Les événements rares et catastrophiques – tremblements de terre, inondations, accidents nucléaires, krachs boursiers, etc. –, dominent régulièrement l’actualité et nous fascinent par leur caractère imprévisible et surtout par leurs conséquences. Si trop de math tue les maths, à dose homéopathique, ils permettent de comprendre un certain nombre de choses.

Loi normale, Courbe de Gauss (cloche)

Pour décrire le réel et établir des prévisions,  les décideurs vont utiliser des statistiques mais pas forcément les bons. C’est le cas lorsqu’on utilise mal la loi des grands nombres et la distribution gaussienne – aussi appelée cloche –, fondements des grandeurs moyennes. Cela conduit parfois à des catastrophes aux conséquences importantes.

Lire la suite

Les problèmes énergétiques sous-jacents à l’élection de Trump – Gail Tverberg

 

capture-decran-2016-11-23-19-35-47

 

Le 17 novembre 2016, blog de Gail Tverberg Our Finite World

 

Les problèmes énergétiques sous-jacents à l’élection de Trump ne sont pas ceux auxquels les gens pensent spontanément. Ce sont des problèmes énergétiques qui ont conduit à la baisse des salaires pour de nombreux travailleurs aux États-Unis, et à des taux de chômage élevés dans l’Union européenne. (Les salaires minimums plus élevés tendent vers des taux de chômage plus élevés, les salaires minimums très bas tendent vers un emploi plus élevé, mais à des niveaux de salaire insuffisants pour beaucoup.) Le problème de l’énergie se traduit également par la baisse du prix du pétrole et d’autres produits.

Lire la suite

Projet TREVE : les énergies renouvelables, entre mythe et réalité

 

Adrastia est heureuse de vous annoncer sa collaboration avec le projet T.R.E.V.E !

 

treve adrastia

 

Lola Salem, élève normalienne, chercheuse et jeune artiste, et Damien Moulin, élève normalien en physique spécialisé dans les technologies des énergies renouvelables, ont développé un projet d’envergure afin de tenter de répondre à la question :

 

Quelles sont ou seront les contraintes au développement des énergies renouvelables en Europe ?

 

À bord d’un véhicule électrique, Damien et Lola parcourront pendant près de 6 mois (avril à septembre 2017) 23 pays de l’Europe physique afin d’interroger les acteurs d’une transition énergétique qui nous concerne tou-te-s.

Lire la suite

Conférence de François Gemenne « Hausse du niveau des mers : fortifier ou partir ? » – 6 octobre 2016

Compte-rendu par Arthur Keller de la conférence-débat organisée le mercredi 5 octobre par les associations Sortir du Pétrole et Paroles d’Hommes et de Femmes dans le cadre du cycle Climats & Migrations.

 

Cet évènement a été accueilli par le Carrefour des Associations Parisiennes (CAP), dans le 12e arrondissement, avec le soutien de la Ville de Paris.

François Gemenne est spécialiste de géopolitique de l’environnement et des migrations. Directeur exécutif du programme de recherche interdisciplinaire « Politiques de la Terre à l’épreuve de l’Anthropocène » à Sciences Po (Medialab), il est également chercheur qualifié du FNRS à l’université de Liège et à l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (CEARC), et il enseigne les politiques d’environnement et les migrations internationales à Sciences Po Paris et Grenoble ainsi qu’à l’Université Libre de Bruxelles. Ses recherches sont essentiellement consacrées à la gouvernance internationale des migrations et du changement climatique. Il a beaucoup travaillé sur les déplacements de populations liés aux changements de l’environnement, notamment aux catastrophes naturelles, ainsi qu’aux politiques d’adaptation au changement climatique. Il a effectué de nombreuses études de terrain, notamment à La Nouvelle-Orléans après l’ouragan Katrina, dans l’archipel des Tuvalu, en Chine, au Kirghizistan, aux Maldives, à l’île Maurice et au Japon après la catastrophe de Fukushima.

Le sujet de cette conférence-débat était présenté comme suit : « La hausse du niveau des mers est l’une des conséquences indiscutables et dès à présent inéluctables du réchauffement planétaire. Elle est déjà en marche et se poursuivra des siècles durant, pouvant atteindre dès le XXIe siècle un voire deux mètres. Or, de plus en plus d’êtres humains s’installent sur les littoraux : plus de 600 millions de personnes vivent actuellement en bord de mer à moins de 10 m d’altitude. Construira-t-on des murs, des digues, des remparts, toujours plus hauts ? Comment faire des migrations de réelles stratégies d’adaptation aux changements climatiques, ce qui constitue une vraie révolution copernicienne par rapport à l’approche actuelle, en France et en Europe, des phénomènes migratoires ? »

 

capture-decran-2016-10-13-22-30-13

Lire la suite

Arthur Keller sur les enjeux climatiques – Tables rondes citoyennes “Inventons le monde de demain”

Avec l’autorisation d’Arthur Keller nous faisons le relais de son intervention lors des tables rondes citoyennes “Inventons le monde de demain” qui ont eu lieu le samedi 24 septembre 2016 au théâtre national de Gennevilliers, en présence notamment de Jean Jouzel, Philippe Descola et Mireille Martini.

Arthur Keller expose quelques-unes des plus saillantes limites aux « solutions » envisagées le plus souvent face au changement climatique.

Arthur Keller est membre de l’association Adrastia et coordinateur de la commission environnement et soutenabilité du parti politique Nouvelle Donne.

 

Lire la suite